Crise d’apoplexie

Ecrit par spagano sur . Publié dans Éco-conception, Éco-matériaux, Habitat coopératif, Matériaux bio-sourcés

Nous sommes le 14 mars, il est 22h20, je rentre de Saint-Etienne après avoir passé plus de 4 heures avec mes étudiants HMONP de l’École d’Architecture (deux heures de plus que prévu, on a fini a 21h30, mais quand on aime…). J’écoute France Culture en pensant à mes échanges avec les étudiants qui s’interrogent sur leur avenir professionnel… C’est notamment sur ça que je les accompagne.

Avant le cour, dans le hall d’entrée, un étudiant de master expliquait à un troisième année que l’éco-conception, les éco-matériaux ne faisaient pas partie du cursus et qu’il serait bon pour lui de s’abonner à une revue dont il faisait l’article pour des abonnements. Je lui demande confirmation, me désole d’entendre cette confirmation, et du coup, lui sort les bouquins que j’ai dans mon sac que j’ai amené pour mes étudiants…
Livre Habitat passif et basse consommation Livre La conception bioclimatique
Je monte en vitesse les rejoindre. Je commence d’ailleurs le cours en leur présentant les deux livres que j’ai amené :
« Habitat passif et basse consommation » de Philippe Lequenne et Vincent Rigassi, et « La conception bioclimatique » de Samuel Courgey et Jean-Pierre Oliva. Comme d’habitude, j’en profite pour parler d’enjeux, échanger, et leur distribue des plaquettes des associations Oïkos, où je suis intervenu mardi, et Habicoop qui représente pour moi la meilleure réponse pour l’avenir de l’habitat…

Bref, C’est toujours émouvant pour moi de voir que, malgré l’absence de formation dans le cursus des Architectes sur l’éco-conception, à quel point ils s’intéressent aux éco-matériaux, aux enjeux socio-économiques des matériaux bio-sourcés, des circuits courts… En fait, la majorité (au moins 60%) est avide d’infos, et c’est un plaisir de leur transmettre et de les outiller pour leur donner des clés pour agir, pour être des prescripteurs responsables.

Il est donc 22h20 et j’écoute France Culture en pensant à mes échanges avec les étudiants… Et l’invité de Laure Adler est Rudy Ricciotti et je suis au bord de la crise d’apoplexie : Riciotti vante les mérite du béton, qu’il décrit comme un « matériaux merveilleux, au bilan écologique remarquable, qui symbolise l’utilisation d’un matériau local et l’importance des circuits courts, de la localisation et de la territorialisation des matériaux de construction ».

Laure Adler ne le contredit pas, Laure Adler n’est pas là pour ça. Et alors on comprend pourquoi, dans les écoles d’architecture les vrais enjeux ne sont pas au programme: parce que les médias ne font que passer les plats aux divas…

Accueil, formation eco construction, habitat ecologique, association maison ecologique
www.oikos-ecoconstruction.com

 

Livre : Il y aura l’âge des choses légères

Ecrit par spagano sur . Publié dans Éco-conception, Éco-socio-conception, Éco-technologies, Économie de fonctionnalité, Énergie, Innovation, Livres

wpid-age_des_choses_legeres-2011-01-5-12-56.gif Sous la direction de Thierry Kazazian, « Il y aura l’âge des choses légères » est un véritable manifeste qui questionne notre monde quotidien. Il pose clairement, de manière simple et originale la question du design et de la vie de nos objets quotidiens.
Après un historique rapide sur l’utopie moderniste, ce livre aborde successivement les questions d’interdépendance globale, de temps et de durabilité, de cycles et d’écosystèmes et d’optimum. Il apporte des propositions originales et créatives, en terme de produits et de services.
Eau, alimentation, énergie, habitat, mobilité, sport, multimédia sont pris en exemple pour proposer de nouvelles approches. Obsolescence, écosystèmes industriels, flux, valorisation amélioration continue, optimum… et légèreté ! Un livre qui en quelques pages remplace bien des ouvrages indigestes. Vive la légèreté.
Kazazian, Thierry. Il y aura l’âge des choses légères. Design et développement durable. Paris: Victoires, 2003.