Site – Réseau des Agences Régionales Energie Environnement (RARE)

Ecrit par spagano sur . Publié dans Adaptation, Agendas 21, Associations, Construction, Déchets, Déplacements, Éco-responsabilité, Énergies renouvelables, Évaluation, Fiches techniques, Guides de ressources, Guides méthodologiques, Management environnemental, Management territorial, Outils pédagogiques, Planification, Plans Climat, Projets territoriaux durables, Publics, Schéma Régionaux, Système de management

 

Créé en 1995, le Réseau national des Agences Régionales de l’Energie et de l’Environnementregroupe 10 partenaires qui interviennent, à l’échelle des régions et auprès des acteurs locaux, pour favoriser la prise en compte de la protection de l’environnement et la mise en œuvre d’un développement durable.

Des partenariats opérationnels ont été mis en place avec le ministère chargé de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, ainsi qu’avec l’ADEME et le réseau des agences locales de l’énergie (FLAME).

les agences du RARE accompagnent les porteurs de projet : collectivités locales, entreprises (PME-PMI), maîtres d’ouvrage publics, monde agricole, associations, établissements éducatifs… »

Les agences sont amenées à intervenir sur des thèmes très variés

  • Les applications territoriales du développement durable (ex. : Agendas 21, Plans climat territoriaux…)
  • La maîtrise de l’énergie et le développement des énergies renouvelables,
  • La mobilité, la qualité de l’air et les émissions de gaz à effet de serre,
  • Le changement climatique,
  • Le management environnemental des entreprises,
  • L’éco-responsabilité des collectivités locales,
  • La construction et les aménagements durables,
  • L’utilisation rationnelle et économe des ressources (énergie, eau, déchets…),
  • La mise en valeur des espaces naturels et la préservation de la biodiversité,
  • La coopération décentralisée,
  • L’éducation à l’environnement et au développement durable et la formation.

 

Le RARE propose un certain nombre de publications sur les thèmes :

 

Le RARE publie avec le groupe Outils Territoriaux Energie Climat (OTEC) composé d’experts du Réseau des Agences Régionales de l’Energie et de l’Environnement (RARE), du Service de l’Observation et des Statistiques (SOeS/MEDDTL) et de l’ADEME, les cahiers de l’observation de l’énergie et des GES.

 

Management durable de projets de territoires

Ecrit par spagano sur . Publié dans Développement économique, Management, Management territorial, Planification, Projets territoriaux durables, Urbanisme, Urbanisme durable

Mettre en œuvre un projet de développement durable nécessite de prendre en compte à la fois les méthodes employées pour la préparation, la mise en œuvre et l’évaluation du projet, que le contenu lui-même du projet. En 2006 le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement a élaboré un cadre de référence pour la conduite de projets territoriaux de développement durable.

Ce cadre repose sur 5 finalités concernant le contenu des projets et 5 éléments déterminants concernant la démarche.

Les cinq finalités :

  • Lutte contre le changement climatique et la protection de l’atmosphère ;
  • Préservation de la biodiversité, la protection des milieux et des ressources ;
  • Épanouissement de tous les êtres humains ;
  • Cohésion sociale et la solidarité entre territoires et entre générations ;
  • Dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables.

Les cinq éléments de la démarche :

  • Stratégie d’amélioration durant l’ensemble de la démarche (optimisation du projet et suivi de l’évolution favorable de la situation initiale) ;
  • Participation de la population et des acteurs (permettre une meilleure adéquation entre projets et besoins, meilleure appropriation , favoriser l’implication des habitants) ;
  • Recherche de transversalité (participation des acteurs, de la population, traitement des aspects économiques, sociaux, culturels et environnementaux) ;
  • Organisation du pilotage en amont (diagnostics et prises de décisions tout au long du projet, cohérence entre les politiques et les stratégies, association des partenaires) ;
  • Évaluation continue pour vérifier la pertinence et mesurer l’efficacité des dispositifs, tant du point de vue des enjeux locaux, que vis-à-vis des projets de développement durable.

Durant toutes ces phases, et en particulier dans la dernière concernant l’évaluation, il est nécessaire à la fois de mettre en place des objectifs clairs et de se doter d’outils, en général des indicateurs, pour pouvoir suivre dans le temps les progrès en matière de développement durable. Dans tout projet durable, l’approche doit être globale, transversale et participative.

Si l’État s’est doté d’outils d’évaluation afin de créer un cadre de référence pour les projets de développement durable à l’échelle des territoires, c’est qu’il a tenté de prendre en compte, traduire et mettre en cohérence de nombreuses approches visant à mettre en œuvre le développement durable, en terme d’aménagement des territoires, d’urbanisme, de construction, de développement économique etc.

Il est impossible de citer ici et de développer l’ensemble des outils et méthodes, que ce soit à l’échelle mondiale comme à l’échelle française même, les expérimentations et les outils étant trop nombreux (Coût global, projets des Directions Régionales de l’Équipement de plusieurs régions, AUE® de l’ADEME etc.).

Pour les collectivités territoriales, si l’enjeu vu de l’État est de définir à leur échelle des priorités et des objectifs qui soient cohérents avec les objectifs nationaux, c’est-à-dire les finalités du développement durable évoquées précédemment, ils restent largement insuffisants pour aller vers une nouvelle définition d’un développement soutenable. Des objectifs locaux doivent servir de cadre pour les projets d’aménagement du territoire, les projets de construction et de renouvellement urbain.